Montréal, le 13 avril 2020 — Le gouvernement Legault vient d’annoncer qu’à compter du 20 avril la construction domiciliaire serait rouverte. La FTQ-Construction et le Conseil provincial (International) vont surveiller la situation de près. La réouverture partielle des chantiers va permettre de vérifier l’applicabilité des nouvelles règles avant une réouverture progressive et complète.

La santé et sécurité, notre priorité
Les deux syndicats avaient demandé la fermeture des chantiers à cause du manque flagrant de mesures sanitaires et la difficulté d’appliquer la distanciation sociale dans la construction. Alors qu’un guide sur les meilleures pratiques vient d’être publié, les deux organisations tiennent à réitérer l’importance de s’assurer que la réouverture se fera en mettant en place des mesures concrètes pour respecter strictement la distanciation physique de 2 mètres. De plus, des sanctions sévères, pouvant aller jusqu’à la fermeture d’un chantier, devront s’appliquer sur les chantiers récalcitrants.

« Ce sera le moment de vérifier comment travailler avec la COVID-19. La construction est un milieu de travail déjà à risque pour la santé et sécurité. Ce sera important de bien appliquer les règles dès le départ pour que la construction ne devienne pas un lieu de propagation du virus. On désire contribuer à la reprise économique, mais pas au prix de notre santé. » Éric Boisjoly, directeur général de la FTQ-Construction.

« Nous sommes conscients de l’importance de la construction domiciliaire et nos travailleuses et nos travailleurs également, mais la santé de ces derniers et de leurs familles sera toujours prioritaire. C’est pour cela que nous serons très attentifs au respect des règles d’hygiène, de lavage des mains et de distanciation sociale. Nous espérons aussi que le gouvernement prendra des mesures contre les entrepreneurs qui contreviendraient aux règles. C’est la seule façon de faire que cette reprise partielle soit un succès. » Michel Trépanier, président du Conseil provincial (International).